ART, INTERVIEWS, PHOTOGRAPHY

MIGUEL SOUSA, sobriedad punk

Conocí a Miguel en una discoteca, de madrugada, en invierno. Me acuerdo porque yo llevaba medias, un vestido de lana y el pelo corto para que no se me quedara […]

Conocí a Miguel en una discoteca, de madrugada, en invierno.
Me acuerdo porque yo llevaba medias, un vestido de lana y el pelo corto para que no se me quedara pillado en la bufanda. El me hizo una foto y yo también. En la suya salí con la cabeza cortada. En la mía, ni salía. Decidimos volver a vernos. Dice de su obra que es “vulgar”. Yo no estoy de acuerdo. Sus fotografías son una deliciosa lección de sobriedad brutal y directa.

En qué momento decidiste dedicarte a esto.
Ya en las excursiones de la escuela me llevaba cámaras desechables, recuerdo que una vez abrí una en un acuario y velé todo el carrete; el profe me dijo mientras se reía que jamás sería fotógrafo. Luego en el bachillerato (hice el bachiller de arte), conocí a unos chavales que hacían parkour y que se hacían los videos y las fotos. Empecé a salir mucho con ellos y dije: “Yo también quiero hacer vídeos.” Me puse a grabar y a fotografiar a mis colegas. Más adelante, viendo un documental sobre Enrique Meneses y al ver las fotos de Fidel Castro y toda esa peña en el monte, decidí que quería ser fotógrafo. Poco después empecé un ciclo superior de fotografía pero lo dejé en el segundo año. No estoy concebido para la Escuela.


Te gustaría sacar un libro?
Estoy en ello. Tenía la mitad hecha y lo perdí todo. Será como un diario, más bien abstracto, como una fusión de todo lo que creo, ya que tendrá fotos personales que no subí a ningún lado, fotos de chicas, de fiesta…


Las fotos de chicas se te dan muy bien. Consigues una intimidad cruda y frágil. Es algo que realmente disfrutas, verdad?
Las sesiones con chicas las hago principalmente por el dinero. Estuve con una modelo hace años y me metió en la cabeza que la pasta está en la moda. Aprendí con ella y ahora es lo que la gente más conoce de mi trabajo. Aunque últimamente sólo hago sesiones con chicas que realmente me apetece fotografiar. También es divertido. Como dices: hay una intimidad allí y te dejan ver algo que no le dejan ver a todo el mundo. Tú se lo enseñas al mundo desde tu perspectiva y la suya. Me lo paso muy bien, conozco a gente de puta madre y muchos de los trabajos que tuve fueron gracias a chicas que fotografié. Aún así la gente tiene una idea muy equivocada. Es lo típico que te dicen: “Tío, que envidia. Todo el día con chicas sin ropa delante.” Se creen que es súper guay, pero puede llegar a ser un coñazo en verdad, porque te lo pasas genial sacando fotos durante dos horas, pero tú sabes cuántas horas hay que estar editando y seleccionando  entre 400 fotos, viendo la misma cara?

Pues no hagas tantas.
Es que si no las hago no salen tantas fotos buenas. Yo no soy ningún maestro.

 

Algunas de estas fotos han sido publicadas en revistas.
Pocas veces, la verdad. Pero eso irá subiendo.

Planes?
A lo mejor me voy a Holanda. Quiero ir para pillar un ciego guapo y hacer fotos del vacilón, tal vez tomas para algún videoclip. También me gustaría volver a Cuba. Por ahora sigo el trabajo de otra gente, hago contactos trabajando en fiestas. En una de mis exposiciones conocí a un médico que trabaja en una organización de cirugía facial para niños en la India, me interesan ese tipo de conexiones.


Qué tal lo de las fiestas?
Es guay. Está bien porque me pagan. Pero es un trabajo que podría hacer en media hora y tengo que estar allí toda la noche. Sólo me gusta beber en mi trabajo si soy mi propio jefe. De hecho suelo pillarme pedos bastante considerables y luego veo los vídeos y pienso: “Cómo se te ocurrió grabar todo esto?”. Hace poco, bebí del vaso de un colega que llevaba ecstasy. Yo estaba muerto de sueño y de repente me di cuenta. Me tuve que tomar una Coca Cola y seguir grabando con una Steadicam de esas que pesan una burrada. Aunque esté ciego trabajo igual, a veces incluso mejor – dice sonriendo.


Un día normal.
Si no tengo que salir a hacer fotos, veo Padre de familia, edito, me fumo un canuto, me tiro la tarde con los colegas, vida millenial. A parte, aunque solo esté tres días a la semana trabajando fuera, el tiempo dedicado en casa es enorme. Pero soy muy de estar en casa. Por eso se me da bien ahorrar. Sólo gasto en comida.


No lo compartes todo.
No. Voy juntando todo mi trabajo del mes en un álbum. Según lo que trabaje comparto más o menos fotos. Lo que pasa es que hay cosas que no me apetece enseñar. Instagram es un lugar dónde ofrezco un servicio, por ejemplo, hacerte un shoot o cubrir tu evento. Todo lo que hago es gracias a esa plataforma ya que es dónde me ve la gente que me interesa que me vea.


Cuál es tu mejor recuerdo de sesión.
Me encanta sacar fotos a mis amigos haciendo piezas (grafitis). Recuerdo que solíamos estar en medio de la nada, caminando por la autopista, sin que pasara ningún coche, agachándonos cada vez que veíamos sirenas. Eso provoca una sensación que te hincha el pecho, una mezcla de euforia y estado de alerta, casi miedo. Al ver esas fotos, sentí que era mi primer trabajo serio.

Volviste a sentir esta adrenalina?
No, no lo volví a sentir. Y creo que no lo podría sentir sin volver a ello.

Cuáles son las fotos de las que estés mas orgulloso?
Saca una caja con fotografías impresas en grande y pequeño formato.
Están las del río, otras que hicimos haciendo posar a la gente delante de una sábana blanca en la calle, la sesión con Alba y Claudia. Esta es mirando a los trenes y pasó una furgoneta. Vemos varios retratos. Este es mi camello. Este es de la Palmilla. El barrio es mi zona de confort.

Cuando te conocí, estabas retratando la noche malagueña con tu cámara analógica. Cómo llevas este proyecto?
Sigo en ello, será una serie de fotos muy aleatoria.


Qué es lo que te gusta de la fotografía analógica?
Me gusta sentir que lo haces a mano, la estética y el hecho de renunciar a lo puntero. Además es como la Navidad cada vez que ves el resultado, o revelas un carrete.

Las revelas tu mismo?
En la escuela sí, pero ahora prefiero que me las revelen. A Robert Capa se lo hacían.


Tu luz favorita?
Suelo trabajar con flash, pero si es luz natural: por la mañana. Lo ideal es un día nublado, así no importa la hora. Las nubes hacen de filtro y se quitan las sombras feas.

Describe tus imágenes como si fuera comida.
Sería cómo un menú más que una comida: primero algo súper contundente, y después un batido de vainilla.

Ahora, cómo si fuera música.
Algo punk. Yo intento ser muy punky en todo lo que hago. Pero es que con las chicas no puedo hacerlo tanto, o no todo el rato. Cuando edito ese tipo de fotos es más indie. Pero un indie super indie 🙂 Tengo una lista: http://bit.ly/2xtksz1


Hablando de editar con música, estás considerando profundizar esto?
Si, voy a hacer un curso de After Effects, comprarme una cámara buena y hacer video clips.

Heroes?
Si hablamos de héroes pienso en mi bisabuelo, que cagó durante tres meses en el mismo caldero en el que le daban de comer por luchar en lo que creía.

Así como referentes estéticos te podría decir Terry Richardson, Nastia o Emanuel Ferrari. No influyen en mi manera de hacer fotos directamente, sino en lo de buscar lo original y conseguir ese equilibrio tan difícil entre técnica y personalidad. Quiero experimentar un montón de cosas con la fotografía. Sobre todo con las chicas ya que es cuando me puedo permitir hacer lo que quiera. Alguna vez pruebo cosas y veo que alguna gente a la que admiro también lo hizo, entonces pienso que no voy tan mal encaminado.


Cuándo decides salir sin cámara?
A veces me llevo esta que es con la que te saqué la foto, que salió mal, porque no la sabía usar, y estaba borracho. Pero últimamente sólo me la llevo al curro.

Qué quieres?
Por ahora sólo pasarlo bien, vivir aventuras de esas que dan ganas de cambiar el mundo y orientarme hacia el periodismo. Fotografías que tengan poder. Antes pensaba que las imágenes no lo tenían, pero al investigar me di cuenta de que sí.
Y otra cosa: dinero. Esa es la primera parte del plan. Financiar mi propia carrera profesional.


Como ves la fotografía del futuro?
La fotografía seguirá siendo un proceso. Como dijo Sebastiao Salgado: “En Instagram no hay fotos, hay imágenes.” La fotografía está en el papel y aunque se distancie cada vez más de la imagen, nunca dejará de existir del todo.

Frase de despedida.
Free the nipple y muchas gracias!

***

Portfolio: http://miguelsousafoto.tumblr.com
Instagram: @miguelsousaf

Article: all images © Miguel Sousa, interviewed by Melarise

 

ART, INTERVIEWS

Javier Jaen: when neurons fall in love.

I must confess: to make a selection of Javier Jaen’s work for this article was a hard one. I would place, at least, half of his portfolio here. The whole […]

I must confess: to make a selection of Javier Jaen’s work for this article was a hard one. I would place, at least, half of his portfolio here.

The whole thing grows every day, and the personal part is a loud hymn to the LESS IS MORE. So I felt like I had to select, but javierjaen.com is like this inspirational visual book you place on the living room table, easy to access, because you know you will, again and again.

He offered me an interview, long, long time ago, and I lost the recording. And there is not a day I don’t regret that, having green tea in my moody mug or when his creations appear on Instagram and boost my creative side.

Moodymug • Product

So I decided just to write about him. He is one of these heroes that remind you: not everything is done yet. Talking with him was incredibly motivational. Actually, this image is the one that made me want to know him better, because, if it would be a postcard, I would have sent it to everybody yet.

Louis C.K. • Personal

I won´t go with the list of clients he´s been creating for (well, The New York Times and Penguin Random House deserve a place in these brackets), but I’ll take the liberty of copy pasting this fragment from his bio:

He has still not written a child, planted a book, or given birth to a tree.
Everything is waiting to be done.

And this illustrates quite well his way of work: spot these every day details, objects, words, textures to contrast and cook some brilliant visual metaphors.

National Geographic Magazine • Tombs Raiders

11/9/2012 The New York Times • The Deafness Before the Storm.

3/11/2016 El País • In the age of bewilderment

The time is now, as in this century we are living: everything happens at the same time. He knows how to take advantage of this over connected world keeping only the essential. The results are visuals that suit perfectly the message.

Browsing his portfolio, you feel this inside knowledge explosion: frustration of not being able to follow all the paths, read all the articles, books, attend the festivals. And your neurons are not flirting, they are falling in love. They create bridges that are here to stay. All the fields are covered: ecology, politics, culture, science, history, psychology.

He wanted to be a journalist –in a way, he is getting there– and became a visual artist, yes. But in my opinion, he is a PLAYER: the game is LIFE and he is good at it. Taming constant stimulation and improvising connections. Isn’t this creativity?

Twin Peaks • 20th Anniversary.

Rajoy • Personal

All images: © Javier Jaen
Text: Melarise

ART, EVENTS, INTERVIEWS

*Print Club Malaga, el color necesita su tiempo.

Emi y Jess forman *Print Club Malaga. Digo, forman. Formaron. Aprendieron. Fallaron. Insistieron. Y ganaron. Asistí a su curso de Iniciación a la serigrafía en el centro cultural La Térmica, […]

Emi y Jess forman *Print Club Malaga. Digo, forman.
Formaron. Aprendieron. Fallaron. Insistieron. Y ganaron.

Asistí a su curso de Iniciación a la serigrafía en el centro cultural La Térmica, y os lo puedo decir, han conseguido lo que todos queremos: un estudio, material a la altura de su experiencia y proyectos brillantes. Todo esto, lo compartieron con nosotros. Fue como montarse a una máquina del tiempo, conocer el antes y el ahora. Descubrir cada secretos sin tener que cometer los errores correspondientes. Debo de admitir que no asistí al curso con la intención de estampar en casa. Me atraía entender la técnica, la materia, oler los tintes y sentir la presión. Pero si imprimir de manera independiente, sea un fanzine o en tela, es vuestra meta, entonces es totalmente recomendable. Pueden ver las próximas fechas disponibles aquí.Print_Club_Malaga_02

Qué es *print club málaga y en qué momento decidisteis hacer el curso.
El *print club málaga es un espacio dedicado a la creación, experimentación y difusión de la técnica de la serigrafía como método de expresión independiente. Trabajamos con artistas y diseñadores realizando ediciones limitadas de obra gráfica original, zines, totes, etc; e impartimos cursos sobre serigrafía. Decidimos empezar a impartir cursos porque queríamos transmitir a los artistas y diseñadores locales todas las posibilidades que ofrece la serigrafía como método de edición y creación. Actualmente ninguna de las instituciones de formación artística de la ciudad ofrece formación en serigrafía y nos parecía que era necesario crear este espacio.

Dónde y/o cómo encontrasteis la fuerza para llevar a cabo este gran proyecto.
Nuestra relación con la serigrafía surgió de una forma muy natural. Nosotros venimos de los campos  del diseño y las bellas artes y siempre nos ha interesado la autoedición, el coleccionismo… Estábamos cansados de no encontrar un lugar en el que pudiéramos hacer tiradas cortas de nuestros diseños, con la calidad y la atención que requieren este tipo de trabajos (cuando vas a una copisteria puede ser muy deprimente ver que tratan tu trabajo como si fuera la fotocopia de un libro).
Después de buscar varios métodos alternativos de producción vimos que la serigrafía era la técnica perfecta para nosotros. Empezamos de forma autodidacta y tras un par de años de aprendizaje conseguimos una beca para la especialidad de serigrafía del “Master de Edición de Obra Gráfica” del “Centro Internacional de la Estampa Contemporánea”.
Después de esa experiencia y todo lo que aprendimos decidimos crear el *print club Málaga.

Print_Club_Malaga_03

 

Planes de futuro?
Muchos! Ahora estamos preparando el curso avanzado, que permitirá una formación mucho más especifica en cuanto a la edición de obra gráfica en serigrafía y de esta forma dará los conocimientos necesarios para que los alumnos puedan alquilar nuestro taller para trabajar en sus proyectos.
Print_Club_Malaga_h

Viajan mucho para inspiraros?
Nuestras principales fuentes de inspiración son las culturas producidas en la ciudades de Nueva York y Tokio. Nos sentimos muy atraídos por la cultura pop de post guerra que se ha desarrollado en estas ciudades y como se han retroalimentado y la utilizamos como fuente de inspiración para nuestras propias creaciones.
Además, ahora estamos poniendo en marcha un proyecto paralelo al *print club málaga que nos permitirá viajar con una cierta frecuencia a estas ciudades y estamos muy ilusionados con esta idea!
print club málaga


All images: © Print Club Malaga

EU, PHOTOGRAPHY, PLACES, The Netherlands

Tilburg: infiniment possible.

Tilburg, C’est gris. C’est brun. C’est calme. C’est comme sur pause. J’aime comme la forêt y rompt. Elle est épaisse, les maisons aussi. Les deux respirent, pourtant. J’aime comme les immenses […]

Tilburg, C’est gris. C’est brun. C’est calme. C’est comme sur pause.

tilburg_caffeine_melarise_01

J’aime comme la forêt y rompt. Elle est épaisse, les maisons aussi.
Les deux respirent, pourtant.
J’aime comme les immenses vitres perçent les murs cadriés par les briques. Leur vieillesse est rougie par l’automne. Tout est bien rangé, peut etre un peu trop. Mais ça arrive souvent par ici paraît-il. Même les parcs naturels sont rangés. Les dunes sont encerclées. Les chemins bien traçés entre les arbres. Les bâtiments bien alignés.
tilburg_caffeine_melarise_00

Chaque foyer a sa vitrine. C’est l’oportunité de montrer un peu de soi. On dirait, des fois, qu’on y a exposé la première chose que l’on avait sous la main, en double si possible, afin de créer une certaine symetrie, qui pardonerait ce festival de bibelots. C’est tellement kitch qu’on arrive à douter que les habitants aiment vraiment ces arrangements.
Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de les connaître. J’ai bien peur que tout soit à leur goût. De toute façon, je doute de plus en plus que nos préferences esthétiques ne nous deffinissent vraiment. Ça rend à la fois les choses compliquées et exaltantes. Il n’y a plus de signes fiables, en apparence, indiquant une possible entente. On tente avec tout le monde.
J’aurais tellement aimé faire la connaissance des humains responsables des installations de fenêtres qui m’ont le plus surpris.
tilburg_caffeine_melarise_02Et puis il y a tout ce que l’on ne peut pas photographier car occupé à observer et absorber.
La lumière entre les arbres autour des chemins droits et infiniment possibles.
C’est vert. Ca sent le vert. C’est calme. C’est comme sur pause.
tilburg_caffeine_melarise_03

tilburg_caffeine_melarise_04

Text & Photos: Melarise

ART, INTERVIEWS, MUSIC

JOUCH, les mots, la musique et le silence.

Julien Rouche décolore les sons et magnifie la mélancolie. Référence graphique et musicale en France, il nous parle de ce qui le pousse chaque jour vers une création qui lui est […]

Julien Rouche décolore les sons et magnifie la mélancolie. Référence graphique et musicale en France, il nous parle de ce qui le pousse chaque jour vers une création qui lui est si nécessaire.

Qui es-tu?
Je suis Jouch, graphiste et directeur artistique freelance depuis 13 ans, et également musicien au sein des projets Naïve, Agora Fidelio et Phantom Status. Il parait même que je suis sympa et avenant.

Que fais-tu de mieux.
J’aimerais répondre par une liste longue comme le bras et exhaustive mais ça n’est pas gagné. Je dirais que je pense bien faire mon travail, et écrire des mélodies avec une guitare. Humainement parlant, je pense que la chose que je fais le mieux est d’écouter. Les gens, les mots, la musique, le silence.

Jouch_Interview_Caffeine_Magazine_01

Qu’est-ce qui t’apporte la plus grande satisfaction en tant que graphiste / directeur artistique?
J’aime créer, comme toute personne qui travaille dans la création, c’est un fait. Mais je crois que je tente toujours de me mettre à la place de celui ou celle pour qui je travaille. J’essaie de faire en sorte de satisfaire l’autre au maximum, de deviner ce qui fera mouche au final. Et j’aime cette quête. J’aime l’idée de surprendre et en même temps d’aller pile dans ce que le client rêvait de voir prendre forme sous ses yeux. C’est un peu ça le défi. Et c’est ce que j’aime dans mon métier. Du coup créer une pochette de disque reste le top pour moi, dans la mesure ou on a une grande marge de manoeuvre que le travail plus “corporate” n’offre parfois pas, et surtout ça associe mes deux passions, visuelle et musicale, dans une seule et même démarche.

Qu’est-ce qui t’apporte la plus grande satisfaction en tant que musicien?
Je crois que l’idée même de procurer une émotion, quelle qu’elle soit, par la musique à quelqu’un est une chose totalement jouissive. J’aime l’idée que l’auditeur va pouvoir recréer lui même et inconsciemment (dans le cas ou c’est bien composé) l’émotion de départ d’une chanson rien qu’en l’écoutant chez lui. Je suis avide de tout ce que peut apporter l’écoute d’une chanson. Surtout quand c’est plutôt mélancolique, introspectif, nostalgique. Je reste assez mal à l’aise avec les compliments, mais ce serait mentir de dire que je n’aime pas ça. C’est toujours très flatteur, et un sacré carburant, quand quelqu’un vient te dire que ta musique lui fait de l’effet… Je crois aussi que ce que j’aime dans la musique c’est que ça me permet d’exprimer ce que je serais incapable d’exprimer autrement. Et je trouverai toujours magique qu’un moyen (sonore) puisse fabriquer autre chose en passant par les oreilles et le cerveaux. Des idées, des souvenirs, des émotions… Bref, sans musique, je disparaitrais.

Jouch_Interview_Caffeine_Magazine_02

Trouves-tu des similitudes entre le métier de graphiste et le monde de la musique?
Totalement. Tout part de l’envie de voir prendre forme quelquechose que l’on a en soi. Et l’envie de pouvoir en jouir une fois que la création est faite. La recherche d’une émotion encore une fois reste un leitmotiv. Le besoin de diffuser cette ou ces émotions aussi. C’est sans doute en ça paradoxalement qu’il faut à la fois beaucoup d’humilité et un peu d’égo pour réussir à composer ou créer des visuels. Quoi qu’il en soit dans les deux cas je ressens un besoin. Créer de l’image ou du son m’est vital. Rarement au même moment, mais c’est complémentaire.

Combien d’heures de sommeil par nuit / Combien de cafés par jour?
Pas assez malheureusement, et trop. En général je dors au maximum 5 heures par nuit. Et ma consommation de café oscille entre une et deux cafetières par jour… Concrètement si je ne suis pas chez moi, je ne refuse jamais un café. Quelle que soit l’heure ou le lieu. Peu importe. En revanche, jamais de sucre. Surtout pas. Hérésie. Un peu comme mettre du sirop de pêche dans de la bière ^^

Jouch_Interview_Caffeine_Magazine_04
Raconte nous une journée type.Jouch_Interview_Caffeine_Magazine_07

Une journée type démarre vers 8h. Je travaille souvent chez moi donc je prends cet exemple. Je me douche et démarre directement le cataclysme caféiné. J’allume directement mon ordinateur, fais un tour “sérieux” du net basé sur l’info et termine par un tour plus dispensable sur ces merveilleux réseaux sociaux et autres joyeusetés. Je termine mon café. Normalement la musique tourne déjà et je suis au troisième calin avec le chat. Je rouvre mes projets de la veille pour revoir tout ça à tête reposée. Je laisse ouvert ce qui me semble encore trop en friche ou ce sur quoi j’ai envie de revenir plus tard. Je bois du café. En général je commence réellement à travailler vers 9h30. Le chat revient. Je bosse tête dans le guidon jusqu’à midi. Le chat revient et miaule. Je reprends un café. A midi je recommence à faire n’importe quoi de bien inutile sur le net et vers midi et demie je commence à me demander ce que je vais manger. Le tout en allumant la télé avec toujours la musique en fond. j’ai besoin de bruit de fond. Le chat revient à la charge. Je me fais à manger très vite fait ou je sors manger un truc ailleurs. Je finis par un café. Je me remets au boulot entre 13h30 et 14h pétantes, je suis très à cheval sur cette heure là. Je bosse tout l’après midi mais beaucoup plus détendu en faisant plein de pauses. J’en ai besoin. Il m’arrive fréquemment de faire une sieste, dont j’ai vraiment besoin. Je prends un café. Le chat aussi. Je passe tous les coups de fil aux alentours de 15h30 en général. Je prends un café. Aux alentours de 17h démarre la phase ou je suis le plus productif et le plus inarrêtable. Du moins quand je bosse à la maison. Je continue comme ça jusqu’à en général 20h. Le chat refait du café. Mais j’en veux plus, il est l’heure de manger. Et 8 fois sur 10, je repars bosser quelquepart entre le repas et la fin de soirée. Sauf quand bien sûr autre chose est prévu. Mais j’ai la chance d’avoir un boulot que j’aime et que j’ai choisi. Du coup à moins d’être épuisé ou occupé à autre chose, j’ai toujours envie de m’y remettre. Constamment. Le chat a du mal à dormir.

Alleluia! Tu n’as jamais pas envie de travailler? C’est ça le secret? Un chat secrétaire?
Si j’avoue que ça arrive. Ca dépend pas mal de la fatigue et du manque d’inspiration. Mais pas plus
tard qu’hier un ami me disait qu’il ne croyait pas en l’inspiration. Uniquement en la motivation. C’est peut être ça le problème, parfois la motivation manque. Après tout le coeur et le cerveau peuvent se fatiguer aussi et ont besoin de se poser… Mais j’avoue, c’est rare. j’ai souvent le corps fatigué, rarement le cerveau… Quant au chat je vais lui proposer un changement de poste. Il est bien trop bruyant et surtout ne tient pas assez le café.

Jouch_Interview_Caffeine_Magazine_03

Dis moi quelle est la pochette de disque dont tu es le plus fier, où se serait accomplie l’équation surprise/dans le mille et que tu regardes comme un papa heureux.
Je crois que je vais te décevoir mais je ne peux pas y répondre. C’est comme avoir une chanson préférée. C’est impossible pour moi. Chaque pochette est tellement ancrée dans un contexte, une époque… Je reste malgré tout extrêmement fier de deux pochettes que j’ai finalement réalisées pour mes propres groupes. La pochette d’Altitude Zero pour Agora Fidelio, qui a je crois marqué les esprits et a surtout marqué le point de départ de ma démarche permanente de recherche de simplicité, d’épuration. Une belle photo avec la bonne typographie et le bon placement vaudra toujours à mes yeux mille fois tous les boulots ultra complexes et remplis de détails. Celle d’Illuminatis pour Naïve ensuite. J’y ai passé des milliards d’heures. (Sens de la mesure). Mais tout le monde m’en parle. Sans cesse. Elle a visiblement aussi marqué plein de gens. Et je l’aime toujours autant quand je la regarde. Sinon je suis assez fier du cheminement et du résultat de mon travail avec Sidilarsen sur la plupart des albums sur lesquels on a collaboré jusqu’ici.

Même question avec un morceau, pas un disque, un morceau.
Aaaaaaargh. Je crois que tu as la réponse plus haut. Mais bon si je devais en choisir un dans ce que j’ai composé, encore une fois je choisirais Altitude Zero d’Agora Fidelio. Ce morceau reste mon plus beau bébé je crois. Encore une fois les gens m’en parlent encore souvent aujourd’hui. Un des plus beaux compliments qu’on m’ait fait était à propos de cette chanson. Une personne m’a dit un jour après un concert “J’aurais aimé tomber amoureux sur ce morceau”. Je crois que là le but est atteint. Ah et aussi Yshbel de Naïve je pense.

Jouch_Interview_Caffeine_Magazine_05

Quel es le projet qui te tienne le plus a coeur en ce moment?
Il y en a toujours des tonnes à vrai dire. Le problème c’est les projets, quand tu en manques, mais aussi quand tu en as trop ! Je suis toujours très pris par la musique, mais cette année je me dirige vers l’apprentissage du tatouage. J’en ai eu très jeune, ça m’a toujours passionné, j’ai toujours dessiné, et j’ai depuis bien longtemps envie de passer de l’autre côté des aiguilles. Je ne sais pas si on peut parler de légitimité mais avec mes études et mon travail je pense avoir l’oeil aiguisé et le sens du détail, nécessaires pour piquer correctement de belles pièces. Ce n’est pour l’instant qu’un projet donc, mais je voudrais tout mettre en oeuvre pour glisser doucement vers là… J’aime toujours autant mon boulot, mais j’ai sans doute envie et besoin d’écrire un nouveau morceau de mon histoire à moi.

***
www.jouch.com

 

ART, EVENTS

“YOU THEM US ADDICTED”

Solo Exhibition | Melarise | Granada [Spain] 29/01/2016 – 14/02/2016 Una crónica (o un intento de) desde la admiración que la artífice de esta obra me produce. Un evento íntimo, […]

Solo Exhibition | Melarise | Granada [Spain] 29/01/2016 – 14/02/2016

Una crónica (o un intento de) desde la admiración que la artífice de esta obra me produce.

Un evento íntimo, como las adicciones;
adictivo como aquello que nos despierta el instinto,
como aquello que nos evade.

– Me hubiera encantado haber hecho más fotos.
– Bueno, eso significa que lo pasaste bien.

You_them_us_addicted_Genesis_01

Y así fue.

Lo pasé, lo pasamos bien en un evento (un momento) íntimo, cálido, para consumir en secreto o con amigos, pero en confianza, adictivo en esencia.
Si no todos, la mayoría de los que asistimos nos quejamos de la dificultad que añadía la luz cálida a la hora de captar una instantánea con nuestros móviles. Lo cual, finalmente nos obligó, nos dió la oportunidad, más bien, de disfrutar.

You_them_us_addicted_Genesis_02

“Todos, todos lo somos, para bien o para mal. Algo dentro nuestro lo pide: otra vez, por favor […]” rezaba el encabezamiento del listado (un menú exquisito, simple, agridulce, químico, natural y un poco sintético, pero delicado) de las obras expuestas.

You_them_us_addicted_Genesis_03

Desde el antidepresivo más famoso de los años noventa, pasando por pequeños homenajes a la música, el cine, hasta el removedor gráfico del más básico y, por qué no, económicamente rentable de nuestros instintos, sin dejar atrás un filtro crítico de una realidad común que nos rodea.

En pequeñas dosis, las suficientes para crear una especie de síndrome de abstinencia que nos incita a volver a mirar, buscando una respuesta entre tanta puntada, quizás.

You_them_us_addicted_Genesis_04

En pequeñas dosis, las suficientes para dilatarnos los pensamientos, los recuerdos, los deseos.
En pequeñas dosis, evocadoras, explícitas, difusas, interiores, básicas, internas.
En pequeñas dosis, unas simples y otras complejas, unas coloridas otras grises, unas claras, otras turbias.

You_them_us_addicted_Genesis_05

Ella. Claire-Melody, Melarise, Mel para mí. Ella nunca para, canta, ilustra, diseña, lidera, (me) inspira y además, esta vez, nos inyecta inquietudes y verdades con su aguja, sin dar puntada sin hilo; nos dibuja y nos perfila sin conocernos, porque no hay necesidad, lo llevamos dentro; nos identifica y nos sentimos identificados, fácilmente, casi sin darnos cuenta… “todos, todos”.

You_them_us_addicted_Genesis_06

Unos corren. Otros huyen. Otros mueren. Otros se dejan llevar… una y otra vez. “Para bien o para mal”

***

En Granada, el sitio perfecto para desarrollar adicciones.

You_them_us_addicted_Genesis_07


Text & Photos: Génesis

NO, PHOTOGRAPHY, PLACES

“AQUÍ NO PASA NADA”, excepto el tiempo, me dijo Oslo

En el norte los viajes en tren te inducen a Ólafur Arnalds, te seducen a mirar por el cristal, a tirarle de la lengua a la imaginación. Los factores se […]

En el norte los viajes en tren te inducen a Ólafur Arnalds, te seducen a mirar por el cristal, a tirarle de la lengua a la imaginación. Los factores se alinearon en un mismo día, viajando de vuelta a casa, un domingo, desde Karlstad, dirección Rygge Aeropuerto, con parada y de pasada en Oslo. Al bajar en la estación de trenes me sumergí en el caos urbano de la ciudad. Tenía cuatro horas para volver a la estación y coger otro tren para llegar al aeropuerto. ¿Qué hacer en Oslo durante cuatro horas, sin mapa ni datos móviles? Cambié a Nicolas Jaar y su “Space is only noise”, me até bien los cordones, mochila en espalda, cámara en mano, empecé a caminar…

01

Observé la Ópera de Oslo desde varias perspectivas, tuve que subir a ella, tenía tiempo suficiente como para fumarme una cajetilla de cigarros allí arriba. Me encontré con su forma y miré más allá.

Las manecillas del reloj andaban a mi paso. Tomé varios cafés, seguí deambulando por la ciudad, tranvías iban y venían.

05

“Aquí no pasa nada”, excepto el tiempo, me dijo Oslo. Refrescaba y topé con varias esquinas, murales y callejones variopintos. Sin saberlo acabé en una zona/barrio cultural llamado Brenneriveien. Me envolví eternamente allí el resto de tarde, hasta que algunas cuestas y bajadas me llevaron de nuevo a la estación.

04

03

02

Oslo sigue danzando con el tiempo;
volveré para recuperarlo, el tiempo,
y perderme entre sus rincones.


Text, Video & Photos: Christina González

ART, INTERVIEWS, MÉDIA

JEAN NOËL LAFARGUE, soif d’apprendre et d’enseigner

“Artiste sans oeuvres”, programmeur, écrivain, conférencier, traducteur, professeur, débordant de mots et de partage, Jean Noël Lafargue est un guide, un passioné de l’art média, et il dompte le temps […]
“Artiste sans oeuvres”, programmeur, écrivain, conférencier, traducteur, professeur, débordant de mots et de partage, Jean Noël Lafargue est un guide, un passioné de l’art média, et il dompte le temps avec une volonté sans pareil.

Créations réalisées avec Processing (voir plus d’images: www.processingdrawings.tumblr.com)

Qui êtes-vous et que faites-vous de mieux?
J’ai une formation d’artiste, mais je ne suis pas artiste moi-même, je ne prends même plus le temps de dessiner. Je fais beaucoup de programmation informatique, notamment dans le but de créer des formes plastiques. En revanche j’assiste des artistes, et j’en fabrique, même, puisque je suis professeur en école d’art au Havre et à l’Université en Arts plastiques à Paris 8. J’écris aussi sur divers blogs, occasionnellement dans des revues, et j’ai publié quelques livres.
J’imagine que ce que je fais le mieux, c’est de me disperser.


Oú trouvez-vous la force de faire tant de choses?
Je ne sais pas si je fais tant de choses que ça, j’imagine que je donne l’impression d’être très actif, mais de mon côté je ne sais pas toujours si j’arrive à bien finir tout ce que je commence.
Mais la force, si j’en ai, je la puise dans l’envie de faire des choses, dans l’enthousiasme de la découverte.

Quelle est votre relation au temps.
Mon temps se découpe en quatre grandes sections, je dirais : d’une part, il y a les phases où je suis astreint à des horaires précis, qui correspondent aux moments où j’enseigne ; ensuite, il y a le plus gros de mon temps, passé devant l’ordinateur, où je suis mon inspiration : si j’ai envie d’écrire, j’écris, si j’ai envie d’avancer la programmation d’un site ou d’une œuvre, je le fais, si j’ai envie de répondre à des e-mails, je le fais, etc. Dans ces moments, je me laisse perturber par diverses sollicitations : Twitter, Facebook, les e-mails, les vidéos de chats rigolos, les recherches sérendipitaires sur Wikipédia, etc. ; il y a aussi les périodes d’accélération, celles où j’ai réussi à me mettre vraiment dans ce que je fais, au point de ne plus rien faire d’autre. C’est un état que j’aime beaucoup mais que je ne sais ni m’imposer ni provoquer ; enfin, il y a les trajets. ces moments où je suis dans un train pour aller de chez moi à Paris ou de Paris au Havre, qui sont les moments où je lis des livres, et puis les balades à pied, où je réfléchis et où je regarde ce qui m’entoure. Je n’ai pas de téléphone mobile, et c’est notamment pour préserver ces moments : il serait trop tentant de téléphoner, facebooker, tweetter, etc., plutôt que de profiter de mon état de concentration. J’aime bien aller faire des courses, aussi, à pied, toujours. Bizarrement, je suis presque incapable de me balader sans but, mais le moindre prétexte est bon pour me faire sortir.
Avez-vous du “temps libre”? Qu’en faites-vous?

Je n’ai pas vraiment de temps libre parce que je n’ai pas non plus de temps de corvée, j’ai l’impression de faire exactement ce que j’ai envie de faire, si on enlève quelques tâches telles que le rangement ou la vaisselle, que je n’ai jamais réussi à trouver agréables. Je connais beaucoup de gens qui considèrent les repas comme une corvée, ce qui n’est pas mon cas, c’est au contraire un moment très important en famille. Je ne cuisine quasiment jamais, car mon épouse le fait trop bien (elle aime cuisiner, elle a même un beau blog sur le sujet : http://hyperbate.fr/homebook/), mais ce ne serait pas une corvée non plus, je pense, c’est une belle activité – et quand je m’y colle, ce que je trouve difficile c’est surtout de savoir quoi cuisiner.
Je passe beaucoup de temps à regarder des films, mais c’est toujours avec une arrière-pensée productive : j’en tirerai peut-être un article, une idée,… Donc ce n’est pas vraiment du temps libre, mais j’arrive très bien à éprouver le plaisir du spectateur en même temps que celui de l’analyste, du critique, du chercheur. Je souffre plus avec les livres, car je vois bien que depuis des années la plupart de mes lectures me sont imposées par mes métiers, je lis souvent par obligation plus que par envie. Et ma pile de livres à lire ne cesse de monter. Ma pile de DVDs à visionner aussi, du reste.

Vous semblez avoir trouvé un équilibre entre l’esthétique et la fonctionnalité. Pouvez vous nous expliquer ce qui vous passionne dans le code créatif?

Avant tout, ce que j’aime dans la programmation, c’est le plaisir de préparer une création appelée à fonctionner de manière autonome. J’imagine que pour un passionné de modélisme ferroviaire, voir le train fonctionner n’est pas passionnant, bien que ce soit le but final, tandis que préparer le circuit, l’aménager, doit être la partie la plus plaisante. S’il a jamais existé un ou des dieux créateurs de notre univers, je comprends qu’ils nous laissent seuls sans donner signe de vie : c’est la préparation qui est excitante, pas le résultat.
Mais bien sûr, la programmation permet de produire des formes ou des situations qui surprennent celui qui a écrit le programme, et c’est quelque chose d’agréable aussi, bien que paradoxalement, en tant que programmeur, je n’aime pas trop que le fonctionnement du programme m’échappe, j’aime au contraire avoir tout contrôlé, tout prévu. Mais j’aime aussi que ceux qui vont utiliser les programmes me surprennent, qu’ils en tirent des choses auxquelles je n’aurais pas pensé.

“Une installation avec des lasers dont le rayon est dévié par l’automate ; une imprimante qui réagit au son, sur le principe du sismographe ; une machine qui émet en code morse à l’aide d’un électro-aimant ; un petit robot qui s’énerve lorsque l’on s’approche de lui.” Source: Le dernier blog

Avez-vous des élèves qui se soient spécialisés en code créatif, ou qui maintenant l’utilisent systématiquement dans leur art?

Il a longtemps été difficile d’être un artiste numérique à cent pour cent, car c’est un travail souvent mal compris, difficile a exposer, difficile à conserver. Mais à présent, avec les montages électroniques Arduino, qui permettent de créer des objets intéressants (installations artistiques ou design, par exemple), je vois plus d’anciens étudiants qui se spécialisent véritablement dans les “nouveaux médias”. Mais au delà de la spécialisation, il y a aussi les anciens étudiants qui mettent un peu de code créatif dans leur production, parce qu’ils se sont rendus compte que tel genre d’image était plus intéressante à générer par programmation qu’autrement, ou parce qu’ils ont envie, sur un projet déterminé, de profiter de la puissance de tel ou tel outil : le hasard, les répétitions, l’analyse de signaux ou de données,…

Vous aimez les livres, vous en écrivez, en traduisez. Comment êtes-vous arrivé à écrire sur les fins du monde?

C’est venu d’un projet pédagogique. J’ai organisé un “workshop” (un atelier intensif) sur le thème de la fin du monde avec des étudiants de l’école d’art du Havre. Les étudiants produisaient des photos, des vidéos, du dessin, des éditions, etc. . Pour préparer le travail, j’avais monté un blog documentaire consacré au sujet, lequel a attiré l’attention des éditions Bourin, qui m’ont rencontré pour me proposer de créer un “beau livre” sur la fin du monde, et le résultat est là : deux kilos, des centaines de références passées en revue, depuis les mythes diluviens jusqu’aux fins du monde “rationnelles” (peur des catastrophes écologiques ou de la guerre atomique) en passant par l’Apocalypse religieuse. Je suis assez fier du résultat, qui doit beaucoup à l’engagement et au sérieux de l’éditeur. Puisque le livre est paru peu avant la pseudo “apocalypse maya” du 21 décembre 2012, j’ai passé quelques semaines intenses à écumer les plateaux télévisés pour parler de mon livre, ce qui a été une expérience très intéressante. Cette année, j’ai organisé un atelier sur la mort, avec d’excellents résultats de la part de mes étudiants, mais aucun éditeur ne m’a demandé d’en faire un livre, c’est dommage !

Source: Le dernier blog

Quelle est votre fin du monde préferée.

Je dirais que c’est le Ragnarök, la fin du monde des Scandinaves. Les récits que l’on connaît ont été écrits après la christianisation de la Scandinavie, donc leurs mythes originels se mélangent un peu à l’Apocalypse de Jean ou à la Genèse, mais il y a là dedans des visions extraordinairement puissantes. On sent bien que dans les monothéismes du Moyen-Orient, le ciel était vu comme un plafond plein de lampes, l’imagination des rédacteurs de la Bible ou du Coran ne va pas beaucoup plus loin que ce qui se trouve dans leur champ de vision (y compris avec l’Apocalypse chrétienne et musulmane, qui ne manque pourtant pas d’images fortes), tandis que chez les Vikings, il y a un sens de la démesure qui me semble seul au niveau de l’immensité et de la violence du cosmos. J’ai été assez frappé, notamment, par une image complètement étrange, celle du navire Naglfar, créé au royaume des morts (Helheim) avec les ongles de tous les trépassés. Les anciens nordiques coupaient les ongles des morts avant de les inhumer, pour ralentir la construction de ce navire, car la fin du monde était censé advenir en même temps que son achèvement.

Pour en lire plus sur Jean Noël Lafargue, visitez son blog! (il en a beaucoup plus)

Publications:
Processing: Le code informatique comme outil de création (éd. Pearson, 2011)
Entre la plèbe et l’élite: les ambitions contraires de la bande dessinée (éd. Atelier Perrousseaux, 2012)
Les Fins du monde, de l’antiquité à nos jours (éd. Bourin éditeur, 2012)
L’Homme le plus doué du monde (éd. Franciscopolis, 2013) (Traduction)
Projets créatifs avec Arduino (éd. Pearson, 2014)

Plus de publications ici

ART, INTERVIEWS, PHOTOGRAPHY

LÉONA SNOW, a dense peace

Catia is 23 years old, she’s been Léona Snow for about 3 years, and began photographying the world 6 years ago. Self-taught, she conveys elegance and determination through colors, friendships […]

Catia is 23 years old, she’s been Léona Snow for about 3 years, and began photographying the world 6 years ago. Self-taught, she conveys elegance and determination through colors, friendships and all the beautiful things that surround her.

Who’s Léona Snow?
“Léona” was the name I gave to my imaginary friend when I was a child and “snow” because I am snow lover!
I study psychology and criminology at Poitiers (France). As soon as I have free time I create pictures! I was never taught how to take photos and I know my technique is not perfect but I keep working to improve myself!

Which was the first image you created that made you think: “this is what I want to do”
The first image that really brought me into photography was a picture of my best friend. When I was in high schoolI used to photography many of my friends, but on this particular day I told myself that it would be for long time (maybe for the rest of my life!). Shirley was wearing a black dress and holding a rose in her hand. This day, I took a tonne of pictures of her. This is what gave me the desire to do stagings, create stories and capture theme…

Your photos seem to be haunted by a dense and eternal peace. Is it intentional?
My pictures allow me to escape… My parents did not let me out too much  and I ended up unwinding by creating a world where I feel good, peaceful and safe.

Does your childhood influence your work and current style.
Yes, as I said before, my childhood greatly influenced my work. I’ve always admired Tim Burton and I think we can feel his mark on my work. I’m a fairy tales, dreamlike colors and dreams lover… My imagination is a world I built throughout my childhood and now I try to show and tell it with my photos.

How do you prepare your shooting. Do you choose your location based on what your model inspires you?
I photograph everyone who inspires me, some of them have never posed … Regarding the preparation of my shoots, it’s quite versatile … Sometimes I prepare everything in advance, choosing the outfit, location and accessories with the model —I use to shoot outside rather than inside because I find it more inspiring— or we improvise… I talk a little with my model and quickly look what clothes she could wear. I have many accessories at home and I wait for inspiration! A model never inspires me a specific place, it is the place we go wich will inspire me the poses.

Share with us your favorite picture and tell us what it means to you.
This is my favorite picture. It is very important to me. For years I’ve been shooting paying no heed to settings. This photo was made during the first session doing all my settings alone. It is also important because-it’s the first picture I took with my 50mm (which was a birthday gift from my friends). I was terrified before the shoot because I thought I would not be able to get some good work and my model would be disappointed… But  everything went well, and I know that people appreciated this picture. It definitely represents my progress.

A song: Galway Girl – The punters ♫
A book: The Heart and mechanics – Mathias Malzieu
An artist: Olga Valeska (a very talented photographer)
A moment: The moment I bought my SLR. For 3 years I took pictures with a Nikon Coolpix L20, then one day I get enough money to buy a better camera and I chose the Sony Alpha 550. This decision meant that photography was completely part of my life and it made me very happy.

Portfolio: http://leona-snow.deviantart.com/

Catia a 23 ans, elle est Léona Snow depuis environ 3 ans, et a commencé à faire de la photographie il y a 6 ans. Autodidacte, elle nous transmet avec élegance et determination les couleurs, amitiés et toutes ces belles choses qui l’entourent.

Qui est Léona Snow?
“Léona” c’était le nom que je donnais à mon amie imaginaire lorsque j’étais petite et “snow” parce-que je suis une amoureuse de la neige! Je suis étudiante en psychologie et criminologie à Poitiers (France). Dès que j’ai un peu de temps, je fais de la photo! Je n’ai jamais pris de cours de photo, et je sais que je n’ai pas forcément une très bonne technique mais je fais ce que je peux pour m’améliorer! 🙂

Parle nous de la première image qui t’ai fait penser “voilà, c’est ça que je veux faire”.
La première image qui m’a vraiment lancée sur la voie de la photographie, c’est un portrait de ma meilleure amie. A l’époque, j’étais au lycée et je photographiais beaucoup de mes amis mais c’est vrai qu’il y a un jour particulier ou je me suis dit que j’allais faire de la photographie pendant encore beaucoup d’années au moins (si ce n’est pendant toute ma vie!).  Shirley portait une robe noire et tenait une rose dans ses mains, et j’ai pris vraiment beaucoup de photos d’elle ce jour là. C’est ce qui m’a donné envie de faire des mises en scène, de créer des histoires et de les photographier…

Tes photos paraissent hantées par une paix dense et eternelle. Est-ce intentionnel de ta part?
Mes photos sont un échappatoire pour moi… Si j’ai vraiment commencé à créer des histoires avec mes photos c’est parce-que à l’époque mes parents ne me laissaient pas trop sortir et j’ai fini par m’évader et créer un monde ou je me sens bien, apaisée et en sécurité.

Ton enfance influence-t-elle ton travail et ton style actuel.
Oui, comme je le disais précédemment, mon enfance a influencé énormément mon travail. J’ai toujours admiré Tim Burton et je pense qu’on peut ressentir son influence sur mes photos. J’ai toujours adoré les contes de fées, les couleurs oniriques, les rêves… Mon imaginaire est un monde que j’ai construit tout le long de mon enfance et aujourd’hui je tente de le montrer, de le raconter avec mes photos.

Comment prépares-tu tes shooting. Est-ce que tu choisis ton lieu selon ce que t’inspire ton modèle?
Je photographie toutes les personnes qui m’inspirent, et souvent ce sont des personnes qui n’ont jamais posé pour des photos… En ce qui concerne la préparation de mes shootings, ça peut vraiment varier… Parfois je prépare tout à l’avance, je choisis la tenue avec la modèle, le lieu, les accessoires… Je photographie plus en extérieur car je trouve cela plus inspirant que l’intérieur. Il arrive aussi de ne quasiment rien prévoir à l’avance… Je discute un peu avec la modèle, je regarde rapidement quel vêtement elle pourrait porter, je prends plein d’accessoires différents chez moi et j’attends l’inspiration! Une modèle ne m’inspire jamais un lieu précis, c’est le lieu ou je vais lui demander de poser qui va m’inspirer les poses que je vais lui faire prendre.

Montres-nous ton image préférée et racontes-nous ce qu’elle représente pour toi.
Voici mon image préférée. Elle est très importante pour moi. Pendant des années je ne savais pas faire des réglages sur mon appareil et cette photo a été réalisée lors de la première séance ou j’ai fait tous mes réglages toute seule. Elle est aussi importante parce-que c’est la première photo que j’ai prise avec mon 50mm (qui était un cadeau d’anniversaire de la part de mes amis). J’avais très peur avant ce shooting parce-que je pensais que je ne réussirais pas à faire de jolies photos et que peut-être la modèle serait déçue… Mais finalement tout s’est bien passé, et je sais que les internautes ont apprécié cette photo. Je pense qu’elle est la photo la plus importante pour moi car elle représente mon progrès.

Une chanson: Galway Girl – The punters ♫
Un livre: La mécanique du coeur – Mathias Malzieu
Un artiste: Olga Valeska (une photographe très talentueuse)
Un moment: Le moment ou j’ai acheté mon réflex. Pendant 3 ans j’ai pris des photos avec un nikon coolpix L20, puis un jour j’ai réussi à avoir assez d’argent pour m’acheter un appareil photo de meilleure qualité et j’ai acheté le sony alpha 550. Je me suis dis à ce moment là que la photographie faisait complètement partie de ma vie et ça m’a rendue très heureuse. ”

Portfolio: http://leona-snow.deviantart.com/

ART, TOGETHER

Lo efímero de ti que derramó belleza sobre mí

Venga, vamos, sonríe otra vez. Eso. Sí… Oh. No. No… No pares. Tranquilo. No te miro (fingiré que). Pero sonríe otra vez. Eso, así… No sé si te habrás dado […]

Venga, vamos, sonríe otra vez.
Eso. Sí… Oh. No. No… No pares. Tranquilo. No te miro (fingiré que). Pero sonríe otra vez.
Eso, así…

No sé si te habrás dado cuenta, seguro que sí. Pero tus gestos le tienen declarada una especie de guerra de evidencias a tus pensamientos y te delatan más allá de sus propias intenciones, incluso (o quizás sobre todo) más allá de tu propio conocimiento.

Sonríe otra vez, que no me lo quiero perder. Ver cómo tu mente lucha con tu cuerpo para mantener el equilibrio (y eso que esa boca no ha bebido de esa otra), en una posición, en una postura, en un guión a penas determinado pero al que “hay que ceñirse”. Ver cómo tu cuerpo gana, al menos durante un pequeño intervalo de tiempo; entonces, lo que sea que estés pensando y que no dices, sale, es expulsado, de dentro hacia fuera como todo aquello de lo que el cuerpo se desprende y despide cuando está un poco harto de contenerse, cuando está extasiado, extenuado, cuando él solo, sin consulta previa, decide que ya es suficiente, cuando sucumbe, cuando se deja llevar, cuando más que electrificarse, se electrocuta y después solo es capaz de ser y es… simple, llano, natural. De tu boca a mis ojos, de mis ojos a mi memoria, de mi memoria a mi imaginación y desde allí pierdo la noción del verdadero recorrido, pero pasa por aquí y se queda plasmada en un papel ficticio (y) en mis palabras.

Indecisa pero bonita, pausada, lenta, pensativa, vacilante, resignada al silencio y finalmente segura de lo que quiere decir y lo dice con descaro y (me) enseña los dientes.

Venga, vamos, sonríe otra vez. Que yo sé que tú sabes.

Pero, no fijes así tu mirada en mis ojos.

***

Text: Génesis | Image: Melarise

ART, EVENTS, PAINTING

NICOLA SAMORÌ at Christian Ehrentraut Gallery

Exhibition | Christian Ehrentraut Gallery | Berlin [Germany] Its not easy to talk about an artist like Nicola Samorì (Bagnacavallo, Italia). His work consists in merging vanguardist Art History’s techniques […]

Exhibition | Christian Ehrentraut Gallery | Berlin [Germany]

Its not easy to talk about an artist like Nicola Samorì (Bagnacavallo, Italia). His work consists in merging vanguardist Art History’s techniques with early XVII century Baroque.
3664999_orig05

His last exhibition at the Christian Ehrentraut Gallery in Berlin is entitled “Guarigione Dell’ossesso” (the cure of obsession).8117807_orig04

Through large canvases, marble and bronze sculptures and small oils on panel, he describes various obsessions that have always troubled humanity such as medicine, religion, zoology, or art itself.ansicht3_low03

Nicola Samori

NicolaSamori_Vertice002

******
Text: Daniel San Martín Pizarro | Images 1, 2, 3 and 4: Uwe Walter | Images 5 and 6: Daniele Casadio

PHOTOGRAPHY, PLACES, US

HAWAII, PLEASURE IN HIS BIRTHDAY SUIT

In my head echoed Elvis’s voice singing “Kauaï, island of love…” At around 6pm, the sun sets in a way I have never seen before. Its outrageousness, its lushness, making […]

Hawaii-Julien-pauline-caffeine-magazine-01

In my head echoed Elvis’s voice singing “Kauaï, island of love…”

Hawaii-Julien-pauline-caffeine-magazine-02
At around 6pm, the sun sets in a way I have never seen before.

Hawaii-Julien-pauline-caffeine-magazine-03
Its outrageousness, its lushness, making us understand humility in a quiet way and, above all… Its fragrance. Its characteristic smell, smooth and perfumed, comforting. I fell in love with this jungle wich imposes respect.

Hawaii-Julien-pauline-caffeine-magazine-04

Read more


Text & Images: Julien Pauline

Page 1 of 212